Tout n’est pas encore parfait certes, mais il y a un réel mieux dans le jeu et les résultats de Gaël Monfils depuis quelques semaines. Quart de finaliste à Toronto, il a également passé deux tours à Cincinnati et à l’US Open, qui ont sans doute redonné de la confiance aux Français après 9 mois extrêmement compliqués. En indoor, le Français est capable de très bien jouer et l’avait d’ailleurs montré avant la coupure début 2020 et étant titré deux semaines d’affilée à Montpellier et à Rotterdam. Vu les derniers mois du Français, les statistiques sont quelque peu faussées, mais il reste tout de même sur 11 victoires en 15 matchs en indoor face aux joueurs du Top 50, bien qu’il n’affiche actuellement pas le même niveau qu’en 2019 ou 2020. Ce quart de finale face à Basilashvili sera un bon test pour lui. Le Géorgien a été relativement régulier ces derniers mois par rapport à ses standars mais il est toujours compliqué de faire des prévisions avec un tel joueur. Capable de flanquer deux sets à Monfils dans un bon jour, il peut tout autant sortir du match, agacé si les choses ne tournent pas dans son sens. Cette semaine, il a tout de même produit un bon match face à Mager et deux derniers sets solides pour se tirer d’affaire contre Davidovich Fokina après avoir encaissé un 6-0 dans la première manche. Tout peut se passer dans ce match mais les bookmakers donnent un net avantage au Français.

L’œil de Florent Serra : Après son exhibition à Roland Garros et un passage à DisneyLand le week-end dernier, Gaël est arrivé relativement détendue à Metz. Il a pu s'entraîner deux jours avant son entrée en lice aujourd'hui. Il m’a donné le sentiment de gagner son premier tour sur ses acquis avec un gros service et sa capacité à bien faire avancer la balle en indoor. Je ne le sens pas si affuté que ça. A l’US Open, il a montré de belles choses, mais je ne le sens pas au top physiquement. En ce moment, j’ai beaucoup de mal à cerner Gaël. Mais il est capable d’agacer Basilashvili s’il arrive à lui faire jouer le coup de plus. On connaît le Géorgien, capable de sortir d’un match même s’il a été plus régulier dans le jeu cette année. C’est toujours difficile de prévoir l’état de forme de ce joueur. Honnêtement, les deux sont assez imprévisibles, mais je partirais quand même sur Monfils sur l'aspect tactique même si je pense que ce peut être un match vraiment difficile pour lui.


Hurkacz vs Murray
Pour son entrée en lice dans le tournoi, Hubert Hurkacz n’a pas eu beaucoup de mal finalement à disposer de Lucas Pouille. On pouvait penser que le Polonais mettrait un peu de temps à trouver ses marques en indoor, une surface où il n’a pas vraiment réussi en carrière (bilan de 12 victoires en 38 matchs), mais il a livré une prestation très solide et a réussi à dérouler son jeu (6-2, 6-3). En quart de finale, il retrouvera Andy Murray, qu’il a croisé il y a tout juste un mois, au second tour de Cincinnati, un match dans lequel le Polonais s’était imposé en deux sets (7-6, 6-3). L’Écossais revient bien depuis Wimbledon et a fait parler tout son talent en indoor pour décrocher son premier quart de finale depuis octobre 2019 (également en intérieur, à Anvers). Tombeur d’Ugo Humbert au premier tour (4-6, 6-3, 6-2), il a éliminé un autre spécialiste de l’indoor au second tour en la personne de Vasek Pospisil (6-3, 6-3). Lors de ses deux premiers tours, Murray a affiché un bon niveau de jeu qui laisse à penser qu’il a les armes, et surtout la forme, pour donner du fil à retordre à Hubert Hurkacz. Pour cela, il devra surtout très bien relancer, vu la qualité de service affiché par le Polonais lors de son entrée en lice. Les résultats sur les dernières semaines et le niveau de jeu actuel donnent un avantage plus que logique à la tête de série n°1, mais il ne faudra surtout pas sous-estimer Murray et sa combativité légendaire.

L’œil de Florent Serra : L’inconnue avec Andy Murray, c’est toujours sa récupération et son physique. Faire ce qu’il fait avec une prothèse à la hanche, c’est déjà incroyable et je le félicite pour ça. Mais l’enchaînement des matchs est devenu compliqué, surtout au meilleur des cinq manches. Là, sur des matchs en deux sets il est capable de tenir la distance. Il l'avait prouvé à Anvers il y a un an en remportant le titre face à Stan en finale. S'il arrive à bien courir, il est tout à fait capable de gêner Hurkacz. Il contre bien, il peut trouver des zones courtes croisées. La question est de savoir s’il est capable de tenir ce rythme sur trois sets face à un Hurkacz qui sert bien, qui va beaucoup vers l’avant qui frappe fort, donc qui demande à son adversaire de mettre beaucoup d’intensité sur les jambes. Vu les deux matchs que vient de sortir Murray, je ne foncerai pas sur Hurkacz tête baissée. Je vois même Murray largement capable de prendre au moins un set.


Carreno Busta vs Rune
Après une contre-performance surprise au premier tour de l’US Open contre Maxime Cressy, Pablo Carreno Busta a repris sa marche en avant. Il n’avait pas un premier tour facile contre Mikael Ymer qui restait sur une belle finale à Winston Salem, d’autant plus sur une surface où il est un peu moins à l’aise. Mais derrière un bon service (71% de premières et 0 double faute), il a réussi à s’imposer en deux manches (7-5, 6-2). Cette saison, l’Espagnol est très régulier en ATP 250, une catégorie de tournoi où il a remporté 90% de ses matchs en position de favori. Pour se hisser en demi-finale, il devra passer l’obstacle Holger Rune qui semble franchir un cap actuellement. Le Danois, qui enchaîne les grosses performances sur le circuit Challenger était sorti des qualifications à l’US Open et avait même pris un set à Novak Djokovic. En Moselle, il a impressionné sur ce début de semaine avec une victoire cinglante sur Zapata Miralles (6-0, 6-0) et un premier succès sur un joueur du Top 30 face à Lorenzo Sonego (6-7, 6-4, 6-4). En plus de lui octroyer certainement beaucoup de confiance, ce parcours lui permet de marquer de gros points en vue t’intégrer le Top 100 avant la fin de l’année. Pour son second quart en carrière (il avait perdu contre Delbonis à Santiago), il fera face à un adversaire encore un cran au-dessus. Ces dernières semaines ont montré qu’il était capable de bien gérer ce genre rendez-vous et devrait sans doute jouer relâché. Sans surprise, la tête de série n°2 partira favorite, mais les bookmakers ont tout de même donné avantage relatif et nuancé en faveur de l'Espagnol.

L’œil de Florent Serra : Rune progresse vite et je trouve qu’il arrive à adapter son jeu à cette surface alors qu’on l’avait vu très à l’aise sur terre. Je le sens très affuté et il est capable de bien jouer sur cette surface avec sa puissance et sa capacité à changer les rythmes. De là à le voir s’imposer face à un joueur aussi solide que Carreno Busta, je n’y crois pas. Le Danois est effectivement dans une bonne forme, mais à 2.50 contre un joueur comme Carreno, ce n’est pas assez haut pour être tenté. Carreno est toujours très solide et perd quand même rarement face à des joueurs moins bien classés. L’Espagnol a plus de 1.50, je prends.


Gojowczyk vs Giron
Peter Gojowczyk ne s’arrête plus ! En difficulté lors des deux dernières saisons, l’Allemand réalise un exercice 2021 de bonne facture et va de nouveau intégrer le Top 100 après son passage en Moselle. Auteur d’un très bel US Open où il a atteint les 8e de finales après des victoires sur Ugo Humbert, Dusan Lajovic et Henri Laaksonen notamment, il a poursuivi sur sa très belle lancée cette semaine en produisant de nouvelles prestations très solides pour se hisser en quart de finale. Ancien vainqueur du tournoi en 2017, il a très rapidement retrouvé ses marques sur l’indoor messin. Sorti des qualifications, il a d’abord éliminé Antoine Hoang (6-2, 6-3, 6-4) avant de dominer totalement Karen Khachanov au tour suivant (6-3, 7-6). L’indoor est la surface où Gojowczyk est le plus à l’aise (50% de victoires sur le circuit) et où il a réalisé le plus d’exploits cette année. En 2021, l’Allemand a remporté 5 des 6 matchs qu’il a eu à disputer face à des joueurs mieux classés. Mais attention, il devra se méfier de Marcos Giron, un joueur qui fait peu de bruit, mais qui est toujours difficile à manœuvrer sur les surfaces rapides, en extérieur comme en indoor. Après avoir battu Arthur Rinderknech pour son entrée en lice, il a dominé Alex De Minaur en deux manches (7-5, 7-6). Giron s’était déjà illustré sur cette surface l’an dernier, au Masters de Bercy, en atteignant le 3e tour après s’être offert Matteo Berrettini. On pourrait donc assister à un match serré entre les deux hommes, qui se rencontrent pour la première fois depuis leur duel sur le circuit ITF en 2010. Malgré tout, la forme actuelle de Peter Gojowczyk lui confère un léger avantage logique.

L’œil de Florent Serra : En indoor, Gojowczyk c’est solide. C’est un joueur très fort dans les diagonales et qui joue très vite. Sur un tournoi qu’il a déjà gagné, au vu de sa confiance, c’est difficile de ne pas aller sur l’Allemand, surtout que sa cote est quand même très intéressante. Il ne faut pas sous-estimer Giron qui est un bon joueur sur cette surface, qui défend bien mais je pense qu’actuellement, vu son niveau de jeu, Gojowczyk est un peu au-dessus.