A l'image de la balle de match contre Gaël Monfils, il ne faut jamais se dire qu'un point est terminé lorsqu'on affronte Pablo Carreno-Busta. Une leçon à méditer pour Hubert Hurkacz, qui a peut-être regardé le tricolore s'engluer dans la toile d'araignée tissée par l'Espagnol. Comme souvent, ce dernier a réussi à renverser une situation défavorable pour finalement s'imposer. Mené 1/4 dans le premier set après avoir perdu 14 des 16 premiers points du match, il a quand même fini par remporter la première manche. Dans la seconde, il a écarté 4 balles de set dans le tie-break final avant de boucler l'affaire.

C'est vrai, Hubert Hurkacz est mieux classé (N°13 contre N°16), n'a pas perdu une manche cette semaine et glané toutes les finales qu'il a disputé (3 sur 3). C'est vrai aussi, il a franchi un cap important cette saison, remportant un Masters 1000 (Miami) et se hissant jusqu'en demies à Wimbledon, montrant des aptitudes offensives plus qu'intéressantes. Sauf que, justement, lors de sa demi-finale, c'est son attentisme, l'un de ses anciens travers, qui a failli lui jouer des tours. Il a clairement manqué d'initiatives et de dynamisme. De sorte que Peter Gojowczyk n'était pas loin de lui prendre au moins une manche. L'Allemand s'est finalement incliné en deux sets (6-4, 7-6).   

Sur dur indoor, on aurait tendance à placer Hurkacz en position de favori. Même si ses statistiques ne sont pas fameuses dans cet environnement, son gros service et sa puissance ont de quoi faire la différence. Mais dans ces conditions de jeu, sur une surface pas si rapide, "PCB" a toutes les chances de contrer son adversaire, sachant qu'il relance bien et commet peu de fautes. En indoor, le Catalan a déjà remporté un trophée et affiche un bilan de 65% de victoires depuis deux ans. Mais plus que l’environnement, on peut faire confiance à l’Espagnol pour tout donner dans une finale.

La rencontre s’annonce extrêmement serrée. La preuve, les bookmakers ont du mal à choisir un camp, les deux hommes étant quasiment à la même cote sur la ligne de départ. On imagine que le match se jouera en fonction de la qualité de la mise en jeu de Hurkacz et de la faculté ou non à Carreno de le contrer. Enfin, un petit indice à ne pas négliger : l’Espagnol a remporté leur première confrontation, il n’y a pas si longtemps, à Cincinnati, sur dur extérieur. 

Cette finale pourrait en tout cas compter en fin de saison au moment d'aller à Turin pour aller disputer l'ATP Finals. Le Polonais est pour le moment 9ème à la Race et Carreno 13ème mais seulement 775 points séparent les deux joueurs. Et comme Nadal n'ira pas dans le Piémont, cela pourrait créer une motivation supplémentaire pour les deux finalistes.

L’œil de Rodolphe Gilbert : J’ai vu deux joueurs réalistes en demi-finale, qui ont été efficaces et bons dans les moments chauds, ce qui leur a permis de s’en sortir. Ce devrait être une belle finale. Il y a un peu plus d’expérience côté Carreno-Busta. Mais les deux joueurs sont en course pour le Masters et c’est Hurkacz qui est devant. Sa saison est meilleure que celle de l’Espagnol. Dans cette optique, le Masters, c’est un match qui peut s’avérer très important. Le Polonais est plus puissant, mais le Catalan s’accroche à tout. Il n’y a finalement pas beaucoup de fioritures dans le jeu des deux hommes. Sur cette surface, sous un toit, je donne un tout petit avantage à Hubert Hurkacz, mais la partie demeure très ouverte. On peut imaginer un match en 3 sets.