Il y a plus de 200 ans, Napoléon s'attaquait à l'armée impériale russe. Malgré la prise de Moscou, cette campagne militaire se termina en Bérézina. En grande méforme depuis plusieurs mois, c'est une autre bataille qu'ont entamé cette semaine Gilles Simon et Adrian Mannarino. Malgré leur succès au premier tour, guère rassurant dans le contenu, les deux Français risquent d'être fortement bousculés ce jeudi au 2ème tour contre Rublev et McDonald.

Face à Lalso Djere, Gilles Simon a décroché seulement sa 4ème victoire de la saison sur le circuit principal (6-7, 7-5, 6-3), un succès qui ne manquera pas de lui donner un petit coup de boost au moral. Malgré ses grandes difficultés à gagner des matchs cette année, le Français fait toujours preuve de combativité et a même remporté un set dans 38% de ses défaites. Il aura un match plus difficile face à Mackenzie McDonald au second tour, un joueur très à l’aise sur dur et qui a parfaitement géré son entrée en lice contre Nishioka (6-3, 6-4). L’Américain réalise sa meilleure saison et a affiché beaucoup de progrès tout au long de l’année, au point d’atteindre la finale à Winston Salem dernièrement. En 2021, il a remporté 56% de ses matchs sur dur, mais il a disputé la quasi-totalité d’entre eux en position d’outsider. En position de favori, il compte une victoire pour une défaite. Le Français a l’expérience pour faire déjouer McDonald, bien qu’il y ait une vraie différence de niveau entre les deux joueurs actuellement. Etonnemment, l’Américain n’a remporté qu’un seul des quatre matchs qu’il a eu à jouer contre des joueurs classés au-delà de la 100e place mondiale. On peut imaginer au moins un set serré dans ce match.

Andrey Rublev arrivera-t-il à garder son invincibilité en indoor ? Cette saison, le Russe n’a pas beaucoup joué sur cette surface, mais il a remporté le seul tournoi auquel il a participé, à Rotterdam, battant notamment Stefanos Tsitsipas. Le talent de la tête de série n°1 n’est plus à prouver en indoor puisque c’est sur cette surface qu’il a décroché ses trois derniers sacres. Mannarino lui, a eu du mal à se débarrasser de Romain Safiullin, sauvant même une balle de match dans la deuxième manche (1-6, 7-6, 6-4). Mais pour le Français, le principal était de renouer avec la victoire, sa deuxième depuis Wimbledon. À Moscou, Mannarino est double finaliste (2018 et 2019), mais il ne débarque pas dans la capitale russe dans les mêmes dispositions. Si le Français est très à l’aise en salle, il a toujours eu beaucoup de mal à s’imposer face aux joueurs du Top 10. En effet, il n’a remporté que 11% de ses matchs en carrière sur dur, et présente un bilan de 0 victoire en 9 tentatives en indoor. Rublev avait d’ailleurs été l’un de ses bourreaux en finale, le battant assez sèchement lors de la dernière édition (6-4, 6-0). Ajouté à ça, le Russe réussit très bien contre les gauchers dernièrement. Depuis 2020, il a remporté 12 des 15 matchs qu’il a disputés contre ce type de joueurs (battu seulement par Nadal, Humbert et Norrie). Il partira donc très largement favori.