Elle est arrivée tardivement, mais Adrian Mannarino tient enfin sa victoire référence en 2021. Après un premier tour très compliqué où il a sauvé une balle de match contre Safiullin, le Français a fait tomber la tête de série n°1 Andrey Rublev (5-7, 7-6, 6-3).  Après des semaines très compliquées suite à sa blessure, cette très bonne prestation va le remettre dans une bonne dynamique pour le dernier mois de compétition et lui montre aussi qu’il est capable de rivaliser avec les meilleurs joueurs du circuit en indoor. Mais ce n'est pas un hasard si ce succès est intervenu dans la capitale russe où le Français a disputé deux finales et une demi-finale lors des trois précédentes éditions. Adrian Mannarino aime Moscou. Outre la confiance, cette victoire lui permet d’ouvrir considérablement son tableau puisqu’il affrontera Ricardas Berankis en quart. Le Lituanien, lucky loser, a hérité de deux tours relativement simples contre Evgeny Donskoy (6-1, 6-3) et Federico Coria (6-1, 6-2). Mais attention, le Français devra se méfier d’un joueur qui est capable d’être très solide en indoor et qui a souvent performé à Moscou (finale en 2017, quart en 2014 et 2018). Berankis a beaucoup de mal face au Top 50 (2 victoires lors des 20 derniers matchs), mais il a tout de même battu deux fois Mannarino en indoor sur le circuit depuis 2016 dont ici-même à Moscou d'ailleurs. En salle, il se débrouille plutôt bien face aux gauchers puisqu’il a remporté 7 des 12 matchs qu’il a eu à disputer face à ce type de joueurs en carrière. De son côté, le Français n’a pas été toujours très « sûr » au cours des dernières années face aux joueurs classés au-delà de la 100e place. En indoor, il a perdu 40% de ses duels contre ce type de joueurs depuis 2017. Logiquement, Mannarino partira favori de ce match, mais il ne devra surtout pas prendre ce match à la légère.

L’œil de Florent Serra : Si Mannarino se sent bien, il est capable de battre beaucoup de monde en indoor sur ce genre de tournoi. Mais il faudra quand même se méfier de Berankis, un petit gabarit qui joue vite, qui prend tôt, qui couvre bien son terrain et qui est aussi très à l’aise en indoor. Lorsqu’il a le match à sa main, qu’il joue en cadence, il est très difficile à battre. Mais le Français a le jeu pour le perturber dans la mesure où il est capable de varier, de ralentir le jeu. Ses changements de rythme vont poser des problèmes au Lituanien en plus de sa patte gauche. Je le répète, mais il faudra se méfier de Berankis, qui ne paye pas de mine, mais qui est lucky loser, qui n’a rien à perdre et qui a, lui aussi, une très belle opportunité d’aller en demie. Mannarino a les armes pour s’imposer, mais il devra faire un match très sérieux. À 1.70, la cote n’est pas si mal toutefois.


Karen Khachanov vs John Millman

Depuis l’US Open, on a retrouvé un Karen Khachanov en demi-teinte qui alterne le bon et le moins bon et qui semble un peu accuser le coup après son beau parcours à Wimbledon et surtout aux Jeux Olympiques. Capable d’être très performant en indoor, il n’avait pas été à la hauteur à Metz, battant difficilement Alexandre Muller avant de s’incliner en deux manches contre Peter Gojowczyk. Cette saison, il a tout de même perdu plus de 30% de ses matchs en position de favori sur dur et 3 des 6 derniers à partir de l’US Open. Pour son entrée en lice, il a eu du mal à se défaire de James Duckworth (3-6, 6-3, 6-1). Il sera opposé à John Millman qui ne réalise pas une très bonne saison, mais l’arrivée de l’indoor lui a fait du bien. L’Australien a repris des couleurs avec deux quarts consécutifs à Nur Sultan et à Sofia, même s'il a toujours du mal à convaincre dans le jeu. Il a encore eu des difficultés lors de ses deux premiers matchs à Moscou contre Benjamin Bonzi (6-7, 6-4, 6-3) et Illya Marchenko (6-1, 5-7, 6-4). Son bilan face au Top 50 cette saison n’incite pas à l’optimisme pour ce match puisqu’il n’a remporté que 5 des 18 matchs qu’il a disputés et un seul sur dur. Sur cette surface, il a aussi du mal face aux grands serveurs. En effet, depuis le début de sa carrière, il n’a remporté que 27% de ses matchs face aux joueurs de plus d’1m93 sur dur. Khachanov partira largement favori, mais sa cote est trop basse pour être jouée.

L’œil de Florent Serra : Je trouve que Khachanov est souvent « à l’arrache » et irrégulier ces derniers temps. Après, peut-être qu’il aura à cœur de performer chez lui. De son côté, Millman ne paye pas de mine, mais il sait tout faire, c’est un bon joueur, d’autant plus en indoor. Mais je pense qu’il manque un peu de puissance et s’il laisse trop de temps au Russe sur le côté coup droit, il va se faire punir. Alors que justement, lorsqu’il a moins de temps sur ce côté-là, il se place mal et commence à boiser. À 1.25, jamais je ne vais sur Khachanov, surtout quand on sait qu’il peut passer au travers d’un set, faire une mauvaise entame. L’écart est beaucoup trop important entre ces deux-là. Il y a clairement une value du côté de l’Australien, mais pour sécuriser un peu plus on peut partir sur un set Millman. 


Aslan Karatsev vs Gilles Simon

Aslan Karatsev a plutôt bien géré son entrée en matière face à Egor Gerasimov au second tour, prenant rapidement la mesure de son adversaire (6-4, 6-3). Ce type de match permet également de voir que Karatsev peut tout à fait transposer son jeu à l’indoor, lui qui n’avait disputé que 12 matchs ATP sur cette surface jusqu’à présent. Malgré tout, le Russe est moins impressionnant qu’en début de saison et cela se traduit en termes de résultats. Depuis les Jeux Olympiques, il a perdu 50% de ses matchs en position de favori sur dur et ses prestations ont été globalement moins abouties. Pour se hisser dans le dernier carré, il devra venir à bout de Gilles Simon, qui vient d’enchaîner deux victoires pour la première fois de la saison. Après s’être défait de Laslo Djere (6-7, 7-5, 6-3), il a su rester solide pour venir à bout d’un Mackenzie Mcdonald pas vraiment concerné (6-3, 6-2). Ses deux matchs vont sûrement faire le plus grand bien au moral du Français avant de se frotter à Karatsev. Sans surprise, au vu de sa saison, les stats ne parlent pas en sa faveur. Il reste notamment sur 4 victoires en 21 matchs contre le Top 25 depuis octobre 2018. Mais en indoor, il a tout de même remporté 4 des 9 derniers matchs qu’il a disputés face à des têtes de série depuis fin 2019. C’est évidemment logique de voir Karatsev partir largement favori, mais Simon a des armes pour faire déjouer le Russe.

L’œil de Florent Serra : Dernièrement, je trouve Karatsev un peu plus poussif et un peu moins en confiance. Gilles Simon est capable de contrer un joueur comme ça à son meilleur niveau. Le problème, c’est ce que le Français n’est pas à son meilleur niveau même s’il vient de battre Djere et McDonald. Avec sa puissance, le Russe est capable d’enfoncer Gilles et de le priver de temps, ce que n’est, par exemple, pas capable de faire McDonald. Mais Karastev peut aussi forcer, faire des fautes. Le seul point d’interrogation c’est : est-ce que Gilles Simon a assez de confiance et d’enchaînement de matchs pour battre Karatsev ? Je le pense capable d’aller au moins chiper un set.

Dans le dernier quart de finale, Marin Cilic sera opposé à Pedro Martinez. Le Croate semble avoir de bonnes sensations et reste un joueur très dangereux en indoor, surtout à Moscou où Cilic présente un bilan de 13 victoires en 15 matchs dont deux titres. Martinez lui, est beaucoup plus à l’aise sur terre et n’avait pas remporté le moindre match face à un Top 50 sur dur avant de battre Krajinovic au second tour. Attention tout de même, il a plutôt bien réussi face aux grands serveurs cette année puisqu’il présente un bilan de 4 victoires en 7 matchs (avec des victoires sur Monfils, Korda et Bublik).