Andy Murray ne cesse de surprendre au fil des semaines. Revenu à la compétition au mois de juin, l’Écossais est réellement monté en puissance depuis l’US Open et son superbe combat contre Stefanos Tsitsipas. Plus régulier, plus consistant et encore plus solide dans le jeu, l’ancien n°1 mondial  a traduit ce regain de forme par des résultats. Depuis le tournoi de Metz, il reste sur 7 victoires lors des 11 derniers matchs et s’est offert le scalp de joueurs comme Ugo Humbert, Adrian Mannarino, Frances Tiafoe et le dernier en date, Hubert Hurkcaz au premier tour (6-4, 6-7, 6-3). Battre le Polonais (10e mondial) en indoor au vu de sa forme actuelle est extrêmement encourageant pour Murray, qui n’avait remporté que deux matchs face à un joueur du Top 10 depuis 2017. En indoor, l’Écossais est un joueur très dangereux (il a été titré à deux reprises à Vienne) où ses qualités de retour et de défense sont précieuses. Il retrouvera Carlos Alcaraz, qu’il avait d’ailleurs battu à Indian Wells il y a deux semaines (5-7, 6-3, 6-2). L’Espagnol est sorti vainqueur de son duel contre Dan Evans (6-4, 6-3), mais il manque encore d’expérience sur cette surface puisqu'il y dispute son premier tournoi ATP : "J'ai eu de très bonnes sensations. Je n'ai pas l'habitude de jouer en indoor mais je suis très heureux d'avoir réussi à battre un top player comme Daniel. C'est incroyable de pouvoir acquérir de l'expérience dans un tournoi comme celui-là."
Ajouté à ça, l’Écossais présente un bon bilan face aux joueurs classés dans le « range 35-100 » en 2021 (Alcaraz est 42e) avec 7 victoires pour seulement 2 défaites. Andy Murray partira favori de cette rencontre : "Carlos est un très jeune joueur avec un énorme potentiel. Il frappe très fort du fond du court. Mais je ne veux pas trop en dire avant de l'affronter. Je vais devoir jouer un très grand match comme j'ai joué face à Hurkacz pour espérer gagner ce match."

L’œil de Florent Serra : Carlos Alcaraz n'a pas fait un grand match contre Evans mais on peut le comprendre puisqu'il n'a aucune expérience en indoor. Dans l'état d'esprit et l'application, il m’a fait une bonne impression sur son premier tour en réussissant à bien s’adapter à un style de jeu très compliqué comme celui d'Evans. Il n’a pas paniqué quand il a été breaké au second set et j’ai trouvé qu’il a réussi à bien adapter son jeu à la surface en venant au filet, en variant ses coups. Il a réussi à faire parler sa puissance pour finalement s’imposer. Sur cette surface, l’expérience de Murray va tout de même être un gros plus. C’est une surface sur laquelle il se sent bien et où ses forces sont bien exploitées. Il a une très bonne couverture de terrain, il peut trouver beaucoup d’angles. Contre Hurkacz, il a joué juste et il a vraiment bien servi. Je trouve que les cotes sont bien ajustées. S’il reproduit le même type de match que contre Hurkacz, il a la capacité de s’imposer, mais il a encore joué 2h30 et il faut toujours être attentif à sa récupération avec sa hanche. On sait que sur le deuxième match, en ce moment, Murray cale un peu. Je ne vois pas non plus Alcaraz se faire dominer si facilement et prendre 4 et 4. Je pense qu’on assistera à un match accroché donc je me tournerai plutôt vers un over jeux.


Matteo Berrettini vs Nikoloz Basilashvili

Matteo Berrettini a bien géré son entrée en matière à Vienne avec un premier tour maîtrisé face à Alexei Popyrin (7-6, 6-3).  L’Italien, assuré de s’envoler pour Turin, n’a pas énormément joué en indoor sur le circuit (23 matchs et seulement 48% de victoires), mais il n’en reste pas moins un joueur tout à fait capable d’aller loin dans ce type de tournoi. Il l’avait d’ailleurs prouvé il y a 3 ans en se hissant en demi-finale dans la capitale autrichienne, battant notamment Andrey Rublev et Grigor Dimitrov. À la recherche de sensations sur cette surface, il devra beaucoup se méfier de Nikoloz Basilashvili, dans une excellente dynamique actuellement. Finaliste du Masters d’Indian Wells, il a parfaitement géré le changement de surface en venant à bout de Pablo Carreno Busta (7-6, 4-6, 6-3), un joueur toujours très difficile à manœuvrer et face à qui il faut faire un match plein pour s’imposer. Sur ce que l’on a vu hier, le Géorgien semble avoir de très bonnes sensations. En pleine confiance actuellement, il a saisi la moindre opportunité pour faire mal à son adversaire avec de grosses prises de risque. Il pourrait poser beaucoup de problèmes à Berrettini grâce à sa qualité de frappe et à sa puissance. Cette saison, le Géorgien présente un bilan de 2 victoires en 5 matchs face au Top 10 (et 2/3 sur dur) et a réussi à prendre un set lors de deux de ses trois défaites, signe qu’il arrive toujours à lutter dans ce type de matchs. Face aux grands serveurs, il se débrouille également plutôt bien puisqu’il a remporté 10 des 16 matchs qu’il a eu à disputer face à des joueurs de plus d’1m93. De son côté, Berrettini a perdu 42% de ses matchs en position de favori sur cette surface (50% si l’on tient compte de la Coupe Davis) en carrière. Mais il pourra au moins se targuer de rester sur trois victoires consécutives contre le Géorgien (bilan de 3 victoires pour 2 défaites). Il partira d’ailleurs très largement favori de ce match, ce qui est assez surprenant au vu de la forme et de la confiance de Basilashvili actuellement. Le récent finaliste d’Indian Wells n’a-t-il réellement que 32% de chance de remporter ce duel ?

L’œil de Florent Serra : Basilashvili m’a surpris hier contre Carreno, il a bien réussi à gérer la transition. Je pense que ça peut être un match dangereux à négocier pour Berrettini. Le Géorgien a l’air vraiment bien, il joue vite alors que l’Italien est un peu à la recherche de confiance après un Indian Wells assez moyen. Il n’en reste pas moins un très solide joueur, qui sert bien et qui a une grosse puissance en coup droit, mais pour le mettre en place, il a tout de même besoin de temps. Je pense que Basilashvili a la capacité de lui prendre du temps de ce côté du terrain avec la vitesse de sa balle. Au vu des résultats récents, j’aurai mis le Géorgien légèrement favori ou maximum 50-50 alors jamais je n’irai sur Berrettini à 1.40. Il y a beaucoup trop d’écarts entre les cotes au vu de la dynamique actuelle des deux joueurs. Selon moi, il y a un petit coup à jouer du côté du Géorgien.


Félix Auger-Aliassime vs Cameron Norrie

Voilà un match qui vaut cher dans la course au Masters ! Félix Auger-Aliassime, 12e à la race, peut toujours se qualifier, tout comme Cameron Norrie, auteur d’une remontée fantastique est actuellement 11e. Le Québécois a encore connu une saison faite de hauts et de bas, en témoigne sa très belle demi-finale à l’US Open, suivie de son élimination au premier tour d’Indian Wells contre Ramos Vinolas. Alors qu’il restait sur 5 défaites consécutives en indoor, il a bien géré son premier tour contre Berankis (6-3, 6-2). Malgré cette petite série négative, FAA reste un très bon joueur d’indoor et l’avait d’ailleurs prouvé l’an dernier en enchaînant deux finales consécutives à Rotterdam puis Marseille en février, avant de remettre le couvert en fin d’année à Cologne. Le talent, Auger en a à revendre, et dans un bon jour, il peut battre beaucoup de joueurs. Le problème, c’est qu’il manque encore de régularité, ce qui est probablement la qualité principale de Cameron Norrie. Le Britannique est tout bonnement impressionnant cette année (51 victoires pour 20 défaites) et vient de mettre tout le monde d’accord en s’adjugeant le titre à Indian Wells il y a 10 jours. Peu importe la surface, Norrie répond présent et passe très rarement au travers. Alors qu’il avait un premier tour piégeux contre Marton Fucsovics, d’autant plus pour son premier match en indoor depuis le mois de mars, il a parfaitement géré ce match (7-6, 6-1). Avec son jeu de gaucher, Norrie va très probablement réussir à gêner le Canadien, même si ce dernier réussit plutôt bien face à ce type de joueurs en carrière. Sur dur, il présente un bilan de 11 victoires en 15 matchs. Par rapport à son adversaire, le Britannique réussit beaucoup mieux face au Top 20 cette saison sur dur puisqu’il reste sur 6 victoires lors des 7 derniers matchs depuis le mois de mars. La dynamique est clairement du côté de Norrie, mais le talent d’Auger, s’il est dans de bonnes dispositions mentales, pourrait venir équilibrer les débats. Surtout en indoor où sur le papier, Auger a un bilan plus flatteur.