Lorsqu'il a fait son entrée dans le top 100 en 2016 à seulement 18 ans, il était difficile d'imaginer cette pépite du tennis américain être en possession 5 ans plus tard de seulement un titre sur le circuit ATP. Mais à travers son portrait que nous avions réalisé fin 2019, on se doutait bien que son éclosion n'était qu'une question de temps. Il va tenter ce dimanche de remporter son second titre sur le circuit ATP et faire oublier les 3 dernières finales perdues. Déjà auteur d’un magnifique tournoi d’Indian Wells où il s’était hissé en demi-finale après des victoires sur Jannik Sinner et Alexander Zverev notamment, Taylor Fritz a surfé sur sa très bonne dynamique en Russie pour signer sa deuxième finale en indoor en carrière. Vainqueur d’Emil Ruusuvuori (6-1, 6-4), Tommy Paul (7-6, 6-4), John Millman (6-4, 6-2) et Jan-Lennard Struff en demie (5-7, 6-1, 6-3), l’Américain a produit un très bon tennis tout au long du tournoi et semble proche de son meilleur niveau. Présent pour la sixième fois de sa carrière en finale, il a beaucoup connu la défaite (un seul titre pour 4 défaites), mais Fritz a souvent eu le rôle d’outsider. Cette fois-ci, il fera face à l’un des vétérans du circuit, Marin Cilic, qui a l’habitude de ce genre de rendez-vous (39e finale) et qui est surtout dans une très belle forme puisqu’il était également présent en finale la semaine dernière à Moscou.

Le Croate est toujours un joueur très dangereux sur les surfaces rapides, où son service fait souvent mouche. Sur cette surface, il présente un bilan de 8 victoires en 13 finales. Si son parcours dans la capitale russe a été plutôt tranquille jusqu’en finale (aucun Top 50), cette semaine, il a dû s’employer pour venir à bout de Karen Khachanov et Roberto Bautista Agut notamment avant de prendre la mesure de Botic Van De Zandschulp (6-3, 6-3) en demie. Cette semaine, sa première balle est au rendez-vous (plus de 13 aces de moyennes par match à 57% de premières balles) et constituera son arme principale pour gêner Fritz, mais l’Américain ne semble pas embêter plus que ça par les grands serveurs. Depuis 2020, il a remporté 60% de ses matchs face à des joueurs de plus d’1m93 sur dur et a déjà accroché Alexander Zverev, Matteo Berrettini, John Isner, Kevin Anderson et… Marin Cilic à son tableau de chasse.  Les bookmakers lui donnent d’ailleurs 55% de chance de victoires sur ce match, mais il ne faudra pas sous-estimer l’expérience de Cilic sur ce genre de matchs, un joueur qui a tout de même déjà remporté un Grand Chelem et qui semble avoir de bonnes sensations en Russie. Ce combat entre deux joueurs en confiance pourrait nous offert un match très serré.

L’œil de Florent Serra : Marin Cilic est en confiance, il sort d’une finale à Moscou et je le trouve en confiance avec son jeu. Il sert bien, il sent bien la balle et en indoor il peut exprimer toutes ses qualités. Je le trouve solide côté revers, il est capable de venir volleyer et je pense qu’il a les armes pour prendre du temps à un joueur comme Taylor Fritz. Il a une très belle envergure en retour et peut lui prendre du temps dans le coup droit avec sa prise de balle tôt. L’Américain est lui aussi en confiance de par ses derniers résultats et je le trouve solide dans pas mal de compartiments du jeu. Il a le coup droit pour frapper très fort et gêner Marin Cilic. Il a aussi montré qu’il était capable de bien varier. Avec son expérience, j’aurais mis le Croate à 50/50 sur cette finale car les deux joueurs sont en confiance actuellement et ils sont difficiles à départager en termes de niveau de jeu. Cependant, en voyant les cotes, je serai tenté d’aller du côté du Croate à plus de 2 même si je pense que ce sera un match accroché. Pour ceux qui veulent prendre de gros risques, une victoire 2 sets à 1 de Cilic est intéressante à 4.50.