Voici le futur du tennis. La 4ème édition des « ATP Finals » de la Nouvelle Génération rassemble 8 espoirs du tennis mondial, tous âgés de moins de 22 ans. Un retour après 24 mois de pause, puisqu’en 2020, la compétition avait été annulée en raison de la pandémie. Les 3 premiers vainqueurs se nomment Hyeon Chung (2017), Stefanos Tsitsipas (2018) et Jannik Sinner (2019). L’Italien, joueur le mieux classé à la Race Nex Gen, a préféré décliner, se concentrant sur Stockholm (ATP 250) et surtout le Masters des grands, dont il sera le premier remplaçant en cas de forfait. Juste derrière lui dans la hiérarchie des meilleurs jeunes hommes de la planète, Felix Auger-Aliassime a lui aussi choisi l’épreuve suédoise plutôt que de se rendre à Milan. L’Américain Jenson Brooksby, blessé aux abdominaux, est le troisième - et très regretté - absent. Le plateau demeure néanmoins riche et prometteur, réunissant donc 8 des 11 meilleurs jeunes de l’année. Deux Américains, deux Argentins - la première fois que des Sud-Américains participent à ce tournoi -, un Espagnol, un Danois, un Italien et un Français.   


Format

Le Masters Next Gen est l’occasion pour l’ATP de tester une nouvelle formule. Certaines règles, peut-être amenées un jour à se développer sur le grand circuit - c’est déjà le cas pour quelques-une -, préexistent depuis 2017 :

  • Matchs au meilleur des 5 sets, le premier qui arrive à 4 jeux remporte la manche
  • Les deux premiers de chaque poule rejoignent le dernier carré
  • Application du « No-Ad » (pas d’avantage, point décisif à 40/40)
  • Le public peut se déplacer sans contrainte dans les tribunes
  • Arbitrage vidéo électronique
  • Chronomètre avant chaque service
  • Possibilité de revoir une balle « litigieuse »
  • Les joueurs vont chercher eux-même leurs serviettes

Les instances du tennis masculin ont décidé d’apporter quelques innovations supplémentaires pour cette édition 2021 :

  • Un échauffement d’une minute (et non plus de 4 minutes)
  • Les coachs peuvent communiquer avec leurs joueurs, non pas avec des casques audio (comme lors des éditions précédentes), mais en direct, au bord du court
  • De nouvelles caméras disposées près du filet
  • Un seul temps-mort médical par joueur par match
  • La « pause toilette » ne peut dépasser 3 minutes, un chronomètre est déclenché 

Présentation des joueurs

  • Carlos Acaraz : 18 ans, N°32 mondial, 3ème à la Race NG, tête de série N°1

C’est le favori du tournoi. C’est pourtant le plus jeune joueur du plateau - né le 5 mai 2003, il compte 6 jours de moins qu’Holger Rune. Mais la pépite de Murcie a déjà tout d’un futur numéro un mondial. Ultra précoce, il a remporté son premier match en Challenger à 15 ans (Alicante), puis sur le circuit principal à 16 ans (Rio). En 2020, il devient le 5ème joueur de l’histoire à glaner 3 titres en Challenger à moins de 18 ans - après Richard Gasquet, Juan-Martin Del Potro, Novak Djokovic et Felix Auger-Aliassime. Cette saison, il sort des qualifications à l’Open d’Australie, avant de marquer les esprits sur terre battue : un trophée (Umag) et une demi-finale (Marbella) en ATP 250, un autre titre (Oeiras) en Challenger et un troisième tour à Roland Garros. Il confirme son exceptionnel potentiel sur dur, extérieur et intérieur, en se hissant en quart à l’US Open, en demie à Vienne et Winston-Salem et en huitième de finale à Paris-Bercy. Lors des deux derniers mois, l’Espagnol a dominé 3 membres du TOP 10 (Tsitsipas, Berrettini et Sinner).

« Dans notre sport, il y a beaucoup de coaching. C'est vraiment bien de pouvoir parler avec votre entraîneur lorsque vous jouez. Je pense que c'est une bonne idée, au moins de l'essayer lors de ce tournoi et je pense que c'est une bonne idée de le faire à l'avenir sur les autres tournois. J'aime vraiment avoir l'entraîneur sur le terrain avec moi. Je suis tellement excité de jouer ici contre les meilleurs jeunes joueurs du circuit. Je me sens à l'aise et j'ai beaucoup de confiance en moi. Ce fut une année brillante et j'espère montrer un bon niveau ici. »

Bilan ATP contre les joueurs de moins de 21 ans : 1 victoire (Sinner) / 3 défaites (Ruusuvuori, Auger, Gaston)


  • Sebastien Korda : 21 ans, N°39 mondial, 4ème à la Race NG, tête de série N°2

C’est l’un des deux Américains présents à Milan. Joueur complet et agressif, le fils de Petr marche sur les pas de son père. En 2018, il remporte l’Open d’Australie junior, 20 ans après son paternel tchèque chez les grands. Il devient N°1 mondial dans la catégorie à l’issue du tournoi. En 2020, il sort des qualifications de Roland Garros et pousse jusqu’en huitième de finale. Il remporte son premier Challenger en novembre de la même année en indoor (Eckental). Cette saison, il atteint sa première finale sur le circuit principal (Delray Beach, dur extérieur), avant de se hisser en quart au Masters 1000 de Miami. C’est finalement sur terre qu’il glane son premier trophée dans l’élite, à Parme. Il montre ensuite ses qualités offensives et sa finesse de jeu sur gazon, en rejoignant les quarts à Halle et les huitièmes de finale à Wimbledon. 

Bilan ATP contre les joueurs de moins de 21 ans : 0 victoire / 7 défaites (Sinner, Musetti, Auger, Tiafoe, Ruusuvuori, Shapovalov, Cazaux)


  • Lorenzo Musetti : 19 ans, N°57 mondial, 6ème à la Race NG, tête de série N°3

Pas de Jannik Sinner, mais une autre pépite italienne pour représenter le bleu azur à Milan devant ses supporters. Joueur élégant, possédant un magnifique revers à une main - le seul dans ce cas dans ce Masters Next Gen -, Lorenzo Musetti s’est révélé en remportant l’Open d’Australie junior en 2019, après avoir chuté en finale de l’US Open l’année précédente. Ancien numéro un mondial de la catégorie, le Toscan gagne sa première victoire dans l’élite au Masters 1000 de Rome en 2020, en dominant le triple vainqueur en Grand Chelem, Stanislas Wawrinka. Dans la foulée, il s’adjuge son premier Challenger à Forli, et se hisse en demie de l’Open de Sardaigne (ATP 250), toujours sur sa surface de prédilection, la terre battue. Cette saison, il démarre avec deux finales en Challenger (Antalya sur terre, Biella sur dur intérieur), avant de réaliser un grand coup dans l’épreuve ATP 500 d’Acapulco. Sur le dur mexicain, il sort des qualifications pour finalement atteindre le dernier carré, après s’être débarrassé de Diego Schwartzman, Frances Tiafoe et Grigor Dimitrov. Sur terre, il va en quart à Cagliari, en demie à Lyon, avant de rejoindre les huitièmes de finale à Roland Garros, où il s’incline sur abandon après avoir mené deux manches à rien face à Novak Djokovic (6-7, 6-7, 6-1, 6-0, 4-0), futur vainqueur du Majeur de la Porte d’Auteuil. 

« J'ai vu les matchs de Jannik Sinner quand il a gagné ici il y a deux ans alors j'espère faire de même et remporter le trophée. Je pense que tout le monde est honoré d'être dans cette compétition et de jouer ce tournoi. »

Bilan ATP contre les joueurs de moins de 21 ans : 5 victoires (Auger, Korda, Nava, Popyrin, Zeppieri) / 4 défaites (Sinner, Auger, Ruud, Gaston)


  • Brandon Nakashima : 20 ans, N°63 mondial, 7ème à la Race NG, tête de série N°4

Avec son compatriote Jenson Brooksby, normalement qualifié pour le Masters Next Gen mais blessé, il a enchanté et redonné espoir au public américain durant la récente période estivale. Coup sur coup, il a atteint ses deux premières finales sur le circuit principal, à Los Cabos et Atlanta. Puissant, précis, solide du fond, il a fait tomber John Isner et Milos Raonic. Né d’un père d’origine japonaise et d’une mère vietnamienne, il effectue ses débuts dans l’élite à Delray Beach en 2020 et atteint les quarts de finale à seulement 18 ans, après avoir notamment battu Cameron Norrie. C’est sur dur, intérieur mais surtout extérieur, qu’il exprime le mieux ses qualités. Le Californien a déjà glané 3 Challengers dans ces conditions de jeu, Orlando 2020 (extérieur), Quimper et Brest 2021 (indoor). Ancien pensionnaire de l’Université de Virginie, il est sacré au Masters Junior de Chengdu en 2018. L’année suivante, il atteint le dernier carré de l’US Open de la catégorie. 

« Je pense que c'est définitivement une bonne occasion ici d'essayer des nouvelles règles. Je pense que ça va être excitant. Il y a beaucoup plus de points cruciaux avec le no-ad et je pense que les sets vont passer très vite, donc je pense que ça va être vraiment excitant dès le début. Peut-être qu'ils essaieront ces règles l'année prochaine ou dans quelques années sur le circuit ATP. »

Bilan ATP contre les joueurs de moins de 21 ans : 2 victoires (Seyboth Wild, Popyrin) / 1 défaite (Humbert)


  • Hugo Gaston : 21 ans, N°67 mondial, 8ème à la Race NG, tête de série N°8

C’est l’invité « surprise » du Tournoi des jeunes Maîtres. S’il bénéficie d’une wild card, son merveilleux parcours au Masters 1000 de Paris-Bercy le place finalement parmi les 8 meilleurs joueurs de la saison âgés de moins de 22 ans. À l’Accor Arena, en qualifications puis dans le tableau principal jusqu’en quart de finale, le Toulousain a fait chavirer le public français de bonheur et fait exploser en vol Kevin Anderson, Pablo Carreno-Busta, Arthur Rinderknech, ainsi que deux autres membres de la Next Gen présents à Milan, Lorenzo Musetti et Carlos Alcaraz. Bilan des courses, un bond de 36 places au classement ATP et une intégration dans le TOP 100. Petit par la taille mais grand par le talent grâce à un toucher de balle magique, des jambes de feu et un sens tactique particulièrement développé, le gaucher tricolore avait déjà frappé un grand coup en se hissant en huitième de finale de Roland Garros 2020, après avoir fait tomber Stanislas Wawrinka et accroché (en 5 sets) Dominic Thiem. Cette saison, le protégé de Marc Barbier a disputé 4 finales (Rome, Iasi, Tulln et Barcelone) et 3 demies (Oeiras, Braga et Lisbonne) en Challenger, à chaque fois sur terre, sa meilleure surface. Il a surtout atteint la finale de l’épreuve ATP 250 de Gstaad, après avoir notamment dominé Cristian Garin. Chez les juniors, il avait remporté l’Orange Bowl en 2017 et la médaille d’or aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2018.      

Bilan ATP contre les joueurs de moins de 22 ans : 3 victoires (Cerundolo, Musetti, Alcaraz) / 6 défaites (Ruud x2, Munar, Sinner x2, Mochizuki)


  • Juan-Manuel Cerundolo : 19 ans, N°91 mondial, 9ème à la Race NG, tête de série N°5

C’est l’un des deux argentins présents à Milan. Petit frère de Francisco, lui aussi professionnel, Juan-Manuel est un grand spécialiste de terre battue. C’est sur la surface ocre que le gaucher a disputé toutes ses finales en Challenger, 3 gagnées (Rome, Como et Banja Luka) et 2 perdues (Meerbusch et Lima), à chaque fois en 2021. En début d’année, il éclate au plus grand jour en remportant son tout premier tournoi joué sur le circuit principal à Cordoba, un exploit jamais réalisé depuis 2004 (Santiago Ventura). Devant un public survolté, alors 262ème mondial, il s’extirpe des qualifications, avant de battre notamment Miomir Kecmanovic, Thiago Monteiro, Federico Coria et enfin Albert Ramos-Vinolas en finale. Il enchaîne donc avec de nombreux bons résultats en Challenger et intègre le TOP 100 courant octobre. Au total et toutes compétitions confondues, il a déjà gagné 51 matchs en 2021. Déjà intéressant chez les juniors, le lifteur argentin avait atteint le 8ème rang du classement dans cette catégorie. 

« C'est motivant de s'identifier aux anciens joueurs qui ont participé et remporté ce tournoi parce que vous voyez où ils sont classés maintenant et c'est ce que nous essayons tous d'atteindre ici. Mais ce n'est qu'un seul tournoi. Cela ne veut pas dire que nous allons y arriver, nous allons donc essayer de continuer à avancer et de jouer chaque match. Je suis vraiment heureux d'être ici. Je pense que c'est une très belle expérience. »    

Bilan ATP contre les joueurs de moins de 22 ans : 2 victoires (Seyboth Wild, Kecmanovic) / 1 défaite (Gaston)


  • Holger Rune : 18 ans, N°109 mondial, 10ème à la Race NG, tête de série N°7

À l’image de Carlos Alcaraz, dont il est l’aîné pour 6 jours seulement, le Danois est destiné à réussir une grand carrière. Ultra précoce, super puissant, déterminé et programmé à gagner, il s’entraîne au sien de l’Académie Mouratoglou depuis ses 13 ans. En 2019, à seulement 16 ans, il remporte Roland Garros et le Masters Junior. Pour sa première saison en professionnel, il réalise une année pleine, ahurissante sur le plan comptable avec pas moins de 69 victoires ! Au passage, le natif de Gentofte glane 4 trophées en Challenger à seulement 18 ans, devenant le deuxième joueur le plus jeune de histoire à réussir cette performance en une seule saison, après Richard Gasquet en 2003, alors âgé de 17 ans. Victorieux sur terre à Biella, San Marin et Vérone, et sur dur intérieur à Bergame, Rune semble apprécier l’Italie. Sur le circuit principal, il se hisse en quart (à Santiago) dès son deuxième tableau principal en carrière. Puis, à l’US Open, il sort des qualifications puis parvient à prendre une manche à Novak Djokovic au premier tour du grand tableau. Enfin à Metz, il rejoint encore les quarts, s'offrant notamment le N°24 mondial, Lorenzo Sonego.      

Bilan ATP contre les joueurs de moins de 22 ans : 1 victoire (Baez) / 0 défaite  


  • Sebastian Baez : 20 ans, N°111 mondial, 11ème à la Race NG, tête de série N°6

Comme son compatriote Juan-Manuel Cerundolo, et même s’il s’est beaucoup entraîné sur dur étant petit, Sebastien Baez est un spécialiste de terre battue. C’est sur cette surface que l’Argentin a lui aussi joué toutes ses finales (8) en Challenger. Au total, il en a remporté 5 (Concepçion, Santiago, Zagreb, encore Santiago et Buenos Aires) et perdu 3, toutes en 2021. C’est dire la grosse saison réalisée par le natif de Buenos Aires, classé au 312ème rang début janvier, soit 201 rang plus loin qu’aujourd’hui ! D’ailleurs, il est devenu cette année le plus jeune joueur (20 ans) à glaner 5 trophées en Challenger en une saison. En revanche, sur le circuit principal, il n’a remporté qu’une seule rencontre (à Hambourg, contre Corentin Moutet), mais n’en a joué que 2 en tout (en 2021 et en carrière). Chez les juniors, il a atteint la finale de l’Orange Bowl chez les moins de 16 ans en 2015, puis la finale de Roland Garros (contre Tseng Chun-Hsin) en 2017, avant de devenir N°1 mondial.  

« Quand j'étais enfant, je préférais jouer sur des courts en dur mais comme je vis en Argentine, je joue à chaque fois sur terre battue. Mais j'aime beaucoup jouer sur des courts en dur, c'est donc une nouvelle chance d'essayer de continuer et d'apprendre sur cette surface. C'est une nouvelle expérience et une bonne chance et une opportunité de me jauger face à de grands joueurs. »

Bilan ATP contre les joueurs de moins de 22 ans : 2 victoires (Molleker, Moutet) / 1 défaite (Rune)


Présentation des groupes

Groupe A

Joueur le mieux classé (N°32) dans cette compétition et ayant remporté le plus de rencontres sur le circuit principal en 2021 (27) à égalité avec Sebastian Korda, Carlos Alcaraz doit en principe s’adjuger l’une des deux premières places du groupe. L’Espagnol reste sur 12 succès en 17 matchs, avec dans l’ordre une demie à Winston-Salem, un quart à Flushing Meadows, une autre demie à Vienne et un huitième de finale au Rolex Paris Masters, soit à chaque fois sur dur (extérieur et intérieur). Il a déjà battu Brandon Nakashima au cours de la saison, à Oeiras sur terre battue. L’Américain, qui possède de bonnes et récentes références sur dur (finale à Los Cabos et Atlanta cet été, quart à Anvers et titre au Challenger de Brest il y a 8 jours), pourrait accompagner la pépite de Murcie dans le dernier carré. Mais Holger Rune, qui a remporté 69 matchs durant l’année, dont 4 Challenger, le dernier dimanche dernier sur dur indoor à Bergame, arrive à Milan le couteau entre les dents, bien décidé à bousculer la hiérarchie. Bien plus à l’aise sur terre que sur les autres surfaces et surtout inexpérimenté sur dur (aucun match sur le circuit principal et zéro toutes compétitions confondues en 2021) et sous un toit (aucun match sur le circuit principal, un seul en Challenger), Juan-Manuel Cerudolo aura normalement du mal à faire sa place, à moins que son statut de gaucher ne pose souci à ses concurrents - a priori non pour Alcaraz (7V/3D en 2021) et Rune (5V/3D), peut-être un peu pour Nakashima (3V/4D).   


Groupe B

C’est la poule la plus ouverte. Sur le papier, Sebastian Korda et Lorenzo Musetti sont censés partir avec une longueur d’avance. L’Américain est le joueur du Masters Next Gen qui possède le plus d’expérience (30 matchs en carrière sur le circuit principal) et il figure déjà dans le TOP 40 mondial. L’Italien, 57ème à l’ATP, aura le soutien du public milanais et a déjà prouvé qu’il pouvait se hisser au niveau des tous meilleurs joueurs de la planète en disposant de Stan Wawrinka, Kei Nishikori, Diego Schwartzman et Grigor Dimitrov, et en accrochant Novak Djokovic à Roland Garros. Seulement, les récentes prestations de ces deux joueurs ne penchent pas en leur faveur. Le yankee, plusieurs fois blessé ces dernières semaines, n’a pas fait grand chose depuis son huitième de finale à Wimbledon (6V/7D, deux succès de rang lors d’un seul tournoi, tout de même face à Aslan Karatsev puis Marin Cilic à Bercy). Le Toscan, depuis sa séparation avec sa copine, connaît une traversée du désert, avec 5 petites victoires lors de ses 18 dernières sorties. C’est pourquoi Hugo Gaston, au contraire dans une forme resplendissante (20 victoires pour 8 revers depuis début octobre) et dans la foulée d’un parcours à Bercy (quart, un succès contre un TOP 20, un autre face à un TOP 40) qui lui a forcément donné beaucoup de confiance, pourrait bien se mêler au combat pour les deux premières places du groupe. Son jeu atypique ainsi que sa main gauche pourraient bien affoler ses jeunes rivaux, habitués à affronter des tennismen aux filières plus classiques. Même s’il a déclaré avoir beaucoup joué en indoor étant gamin et bien qu’il ait remporté 5 tournois Challenger (tous sur terre) cette année, Sebastian Baez risque d’avoir du mal à passer devant les trois autres. Joueur le moins bien classé des « ATP Finals Next Gen » (N°111), l’Argentin n’a jamais joué sur dur intérieur sur le circuit principal et, en 2021, n’a participé qu’à 3 rencontres sur ciment extérieur, lors des qualifications de l’US Open. Il débarque néanmoins à Milan avec l’assurance d’un joueur ayant remporté 18 de ses 21 derniers matchs, avec 2 trophées et 2 finales en Challenger depuis début septembre. Niveau confrontation, le petit français a l’avantage d’avoir récemment battu le jeune italien à l’Accor Arena, ce dernier ayant lui-même dominé cette saison l’Américain sur terre à Lyon.