Bizarrement, Andrey Rublev n'a encore jamais eu l'honneur de défier Novak Djokovic. Un baptême du feu qui pourrait s’avérer compliqué pour le Russe. Certes, il a bien débuté son deuxième Masters en carrière, en dominant en deux manches Stefanos Tsitsipas (6-4, 6-4). Dans des conditions plutôt rapides, il a su mettre en œuvre son entreprise de destruction massive, principalement au service (9 aces, 90% des points gagnés derrière sa première balle, aucune balle de break concédée) et en coup droit, de quoi même le voir prendre d’assaut le filet pour conclure (9 sur 11 à la volée). Mais cette rencontre ressemble peut-être à un trompe-l'œil. Car le Grec, sans doute pas tout-à-fait à 100% en raison d’une douleur au coude, a eu bien du mal à assumer le niveau d’un N°4 mondial. De l’autre côté, Novak Djokovic s’avance en grandissime favori du Tournoi des Maîtres, avec Daniil Medvedev et Alexander Zverev. Intermittent lors de la première manche (7-6), il a ensuite trouvé ses marques et rectifié le tir (6-2) face à Casper Ruud. Lui aussi a été impeccable derrière sa première balle de service (90% de réussite), claquant également 10 aces et se montrant plutôt à son aise au filet (9 sur 15). En quête d’un 6ème sacre au Masters, le Serbe a toutes les armes pour venir à bout du jeune et fougueux russe. Il sert parfaitement, défend excellemment et pique à chaque fois quand il faut. Face aux membres du TOP 10, le numéro un mondial n’a échoué que deux fois cette saison, et pas contre n’importe qui : Zverev et Medvedev. Même s’il est performant sur dur intérieur (4 titres dont un cette année à Rotterdam), Rublev n’a pas montré ces derniers temps de quoi rassurer suffisamment ses fans (3 défaites prématurées à Moscou, Saint-Pétersbourg et Paris-Bercy, respectivement face à Mannarino, van de Zanschulp et Fritz).          

L’œil de Rodolphe Gilbert : Que peut-on dire à part que ces cotes sont extrêmement logiques. Le N°1 mondial entame le Masters plus en confiance que le Rolex Paris Masters, car cette fois-ci il a pu jouer (et gagner), sans revenir d’une pause près de deux mois. Même s’il a eu un peu de mal au début face à Casper Ruud, il a vite repris le dessus. Il est déjà présent, même s’il a parfois des trous d’airs énormes, presque bizarres. Sauf qu’il parvient à toujours se rattraper sur les points importants. Je ne vois pas le Russe battre Djokovic, sauf dans deux situations : un fait de jeu ou un Rublev en feu ! Djokovic est trop solide et Rublev a gagné contre un Tsitsipas en méforme. Certes, le Russe a eu du temps pour souffler après Paris-Bercy et ça lui a fait du bien, mais de là à venir prendre de vitesse le Serbe, je ne crois pas. Selon moi, la cadence de Rublev ne prendra pas le dessus sur la défense de Djokovic, sauf immense surprise.

Lœil de Florent Serra : Comme tout le monde, j’ai trouvé Novak Djokovic un peu timide dans son début de rencontre contre Casper Ruud. Mais il s’est ensuite livré à l'échange et a pu dérouler. De son côté, Andrey Rublev a plutôt bien joué, mais il est tombé sur un Tsitsipas qui se déplace moins bien, qui manque de puissance et qui a joué trop court, peut-être à cause de son coude. Je vois donc le Serbe s’imposer, car je le vois contrer le jeu du Russe. Même si la surface est rapide et que Rublev frappe très fort et lourd, je ne pense pas qu’il va pouvoir tenir 2h30 face à un défenseur tel que Djoko, qui va chercher à faire jouer un coup supplémentaire à son adversaire. En outre, le N°1 mondial a le don de trouver des angles courts croisés et rate très peu du fond du court. Même si ça reste du tennis et qu’on peut se faire surprendre sur un match, les cotes sont très logiques pour moi.