Malgré deux matchs difficiles à négocier contre Alexander Zverev et Jannik Sinner (tous deux gagnés au tie-break du 3e), Daniil Medvedev a rempli sa mission avec la manière en restant invaincu lors de la phase de poule. Il a également montré, une nouvelle fois, sa capacité à bien gérer les moments décisifs. Le Russe reste sur 11 victoires de rang en position de favori en indoor (et 23 sur 25 sur dur depuis les Jeux Olympiques).

Le tenant du titre devra éviter le piège Casper Ruud pour se hisser une deuxième année consécutive en finale. Le Norvégien est surprenant et a montré de gros progrès sur dur lors des dernières semaines (titré à San Diego) et même en indoor où il a enchaîné deux quarts de finale à Vienne et à Bercy. Pour son premier tournoi des Maîtres, le n°8 mondial a répondu présent et a même montré beaucoup de caractère pour renverser la situation à deux reprises contre Cameron Norrie (1-6, 6-3, 6-4) et Andrey Rublev (2-6, 7-5, 7-6). Il a ainsi débloqué son compteur face au Top 10 sur dur (et donc face au Top 5), une statistique qui peut paraître banale, mais qui, inconsciemment, peut lui permettre d’aborder ses matchs plus sereinement. Malgré tout, il est encore un cran en dessous des autres demi-finalistes sur cette surface et n’a jamais battu un Top 3 en carrière (toutes surfaces confondues). Contre Medvedev, il jouera évidemment sans aucune pression et aura des arguments à faire valoir pour gêner le n°2 mondial, ce qu’il était parvenu à faire contre Novak Djokovic lors du premier set. Mais sur une surface encore plus rapide qu’à Bercy, l’avantage est clairement du côté de Medvedev qui tourne à plein régime actuellement. Cette saison, le Russe a battu Ruud sur gazon à Marbella et s’est imposé lors de leurs deux seules confrontations sans perdre le moindre set. On l’imagine mal laisser passer l’opportunité de se hisser en finale pour défier une nouvelle fois Djokovic ou Alexander Zverev. Même un set sera difficile à aller chercher pour le Norvégien : « Le court est très rapide et Andrey joue très vite. Il déchire la balle plus fort que quiconque sur le Tour et sert très bien en première balle. Nous avons tous les deux voulu contrôle l'échange et prendre des initiatives mais ce n'est pas facile contre Rublev car il vous fait courir tout le temps et vous met sur la défense avec sa puissance. Je savais que je devais combattre le feu par le feu. Sur les gros points, je pense que j'ai joué assez intelligemment. Je suis très heureux d'être en demi-finale. Je profite juste du moment. J'attends déjà avec impatience ce match. Ce sera une autre bataille difficile, un type de joueur différent mais l'un des meilleurs au monde. J'ai perdu deux fois contre lui. Mais je sais un peu ce à quoi je vais faire face et ce sera un défi amusant."

L’œil de Florent Serra : Le Norvégien progresse bien sur dur, mais je pense que ce sera insuffisant face à Medvedev. Face à Sinner, ça allait tellement vite côté Russe que je pense qu’il va lui prendre encore plus de temps que Rublev n’a réussi à le faire. J’ai le sentiment que Medvedev a travaillé une tactique pour gagner le point dans une filière ultra-rapide en quelques coups de raquette en prenant tout de suite très tôt, notamment côté revers. Ce n’est pas une filière de jeu qu’il pratique si souvent que ça et je le trouve très dangereux. Il sert très, très bien et en retour, c’est quasiment impossible de lui faire un ace, ce qui va amener Ruud à forcer. Le Norvégien devra essayer de trouver des angles croisés, mais ça va être très dur vu la capacité du n°2 mondial à bien couvrir son terrain. Je vois Medvedev largement favori, un cran au-dessus actuellement. C’est un match à sa portée, je le vois s’imposer.

L’œil de Rodolphe Gilbert : Les deux joueurs ont gagné 7-6 au troisième pour rallier les demies, même si Medvedev était déjà qualifié. Comme lors du match précédent, Casper Ruud a fait parler sa ténacité pour renverser une situation mal engagée. C’est la première victoire contre un membre du Top 5 sur dur, donc c’est un signe qu’il progresse encore. Maintenant, sur cette surface, j’ai du mal à penser qu’en demi-finale du Masters, il va aller chercher Medvedev. Je mettrais un gros avantage au Russe tout de même. La récupération, physique et nerveuse, sera meilleure du côté du n°2 mondial. Évidemment, tout est possible, mais j’ai même du mal à l’imaginer aller grappiller un set dans cette rencontre.